Aides pompes à chaleur 2025 : un « made in Europe », sinon rien !

Publié le 15/05/2024 à 14:24, mis à jour le 28/05/2024 à 16:08
Actualités
ACTUALITÉS

En 2025, seules les pompes à chaleur européennes seront éligibles aux principales aides financières à la rénovation énergétique, telle que MaPrimeRénov’. Cette annonce du gouvernement est emblématique : elle vise à relocaliser la production et à valoriser le savoir-faire français ! Pour les fabricants de PAC, c’est une opportunité inédite, d’autant plus que cette décision s’accompagne de 7 autres mesures fortes. Mais, quel impact ce changement aura-t-il sur vos travaux de chauffage ? KparK Énergies vous aide à y voir plus clair.
 

Le soutien de l’État en faveur des pompes à chaleur européennes

L’objectif du gouvernement est clair : produire 1 million de pompes à chaleur en France d’ici 2027. Pour y parvenir, Bruno Le Maire a dévoilé son plan d’action le 15 avril 2024 lors de sa visite chez Intuis, un des principaux fabricants français de PAC air-eau et de chauffe-eaux thermodynamiques. Mais avant d’entrer dans le vif du programme, analysons les motivations qui ont poussé notre ministre de l’Économie à vouloir hisser la France en tête du marché des pompes à chaleur.

Les chiffres clés sont sans équivoque :

  • En 2022, la production de chaleur représentait 45 % de la consommation énergétique finale en France, mais seulement 27 % provenaient de sources d’énergie renouvelable. (1) Avec son haut rendement et sa capacité à extraire les calories de l’air (PAC air-air ou air-eau) ou du sol (PAC eau-eau), la pompe à chaleur représente donc un système de chauffage écologique idéal ;
  • En 2023, MaPrimeRénov’ et le dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE) ont alloué près de 1 milliard d’euros à l’installation de pompes à chaleur. Cependant, les aides financières ne prennent pas en compte l’origine de fabrication des PAC, favorisant ainsi l’importation de produits asiatiques. Actuellement en situation de surproduction, ces derniers exercent en effet une pression concurrentielle féroce sur le marché européen ;
  • Dans le cadre de la loi énergie-climat, la France s’est engagée à réduire de 40 % sa consommation d’énergies fossiles et à atteindre 33 % d’énergies renouvelables d’ici 2030. Paradoxalement, la pompe à chaleur air-eau a subi une baisse inédite de 14 % de ses ventes en 2023. (2) C’est pourquoi une intervention de l’État semblait inéluctable pour accélérer la transition énergétique, et le remplacement des chaudières à gaz ou à fioul.

Comment bénéficier d’aides publiques pour votre PAC en 2025 ?

Pour bénéficier des aides financières en 2025, votre choix devra se porter sur une pompe à chaleur française ou européenne conforme aux « meilleures performances environnementales ». Oui, mais concrètement, que cela signifie-t-il ?

Une pompe à chaleur « made in France » ou « made in Europe »

« Aujourd’hui, 60 à 70 % du marché en valeur est capté par des fabricants asiatiques, les compresseurs en particulier proviennent à 100 % d’Asie », affirme Philippe Dénécé, directeur général d’Intuis. En attendant plus de précisions sur les critères « made in Europe » à respecter en 2025, vous pouvez d’ores et déjà privilégier un fabricant français, tel que :

 

  • Intuis (anciennement Auer), pionnier du label « Origine France Garantie » ;
  • Atlantic, qui produit 93 % de ses solutions de chauffage et de chauffe-eau en France ;
  • Frisquet, spécialiste français des systèmes de chauffage à énergie renouvelable et des 
    chaudières à gaz, fabriquées à Meaux (Seine-et-Marne) ;
  • Amzair, fabricant français de pompes à chaleur depuis 1998.

Bon à savoir

Pour obtenir la certification Origine France Garantie, une pompe à chaleur doit répondre à un cahier des charges strict, articulé autour de 2 axes principaux :

  1. Au moins 50 % du prix de revient unitaire de la pompe à chaleur doit être réalisé en France.
  2. Les caractéristiques essentielles de la PAC doivent être acquises en France.
pac

Une pompe à chaleur à haute performance environnementale

La notion de « haute performance environnementale » d’une pompe à chaleur englobe plusieurs aspects essentiels :

 

  • Un rendement énergétique élevé. Bien qu’il existe plusieurs coefficients pour évaluer la performance d’une pompe à chaleur, le plus représentatif est le COP (Coefficient de performance). Cet indicateur exprime la proportion d’énergie renouvelable générée par rapport à celle consommée. Par exemple, le COP d’une PAC géothermique performante se situe autour de 5, ce qui signifie qu’elle restitue 4 kWh de chaleur gratuitement pour 1 kWh d’électricité consommée ;
  • L’utilisation des fluides frigorigènes à faible Potentiel de réchauffement planétaire (PRP). Certains réfrigérants (gaz fluorés) de pompes à chaleur, très nocifs pour l’environnement, sont désormais interdits par la réglementation F-Gaz. À terme, seuls des fluides peu polluants comme le propane (R290), l’ammoniac (R717) ou le dioxyde de carbone (R744) seront autorisés ;
  • Un produit écoconçu, durable, recyclable et, autant que possible, d’origine française.

Bon à savoir

L’État s’engage au remplacement progressif des chaudières fioul et gaz de ses 192 000 bâtiments au profit de systèmes de chauffage plus vertueux de l’environnement, à l’instar de la pompe à chaleur.

Les aides pour l’installation d’une PAC made in Europe en 2025

Les critères de conditionnalité des aides financières publiques devraient principalement concerner les dispositifs MaPrimeRénov’ et les certificats d’économies d’énergie. Toutefois, il n’est pas impossible que certains programmes d’aides locales s’alignent également sur les nouvelles directives du gouvernement. Quid de l’éco-prêt à taux zéro ?

Rappel du montant des principales aides publiques en 2024 :

  • Prime Rénov’ de 6 000 à 11 000 € pour une pompe à chaleur géothermique (PAC eau-eau), de 3 000 à 5 000 € pour une pompe à chaleur air-eau et de 400 à 1 200 € pour un chauffe-eau thermodynamique. L’aide varie selon vos revenus ;
  • Subventions de 30 à 90 % du montant total des devis pour une rénovation énergétique globale, incluant des travaux d’isolation thermique et de ventilation, avec MaPrimeRénov’ Parcours accompagné ;
  • Prime Coup de pouce Chauffage de 4 000 € pour l’installation d’une pompe à chaleur air-eau pour les ménages modestes ou très modestes, ou de 2 500 € pour les autres ménages, sans condition de revenus.

Bon à savoir

Depuis janvier 2024, les aides MaPrimeRenov’ pour la pose d’une pompe à chaleur ont augmenté de 1 000 à 2 000 €. Par ailleurs, une simplification des aides MaPrimeRénov’  est prévue à partir du 15 mai.

7 autres mesures pour booster le marché des pompes à chaleur

Outre la conditionnalité des aides financières à l’installation d’une pompe à chaleur européenne, le gouvernement a également instauré un plan d’action solide comprenant 7 autres mesures. KparK Énergies vous invite à découvrir les grandes orientations de la France pour soutenir l’industrie de la PAC.

Aider les industries vertes en France avec un crédit d’impôt

Depuis le 14 mars 2024, le crédit d’impôt Investissement Industrie verte (C3IV), initié par Bruno Le Maire et Roland Lescure, est en application. Ce dispositif accompagne financièrement les entreprises industrielles et commerciales qui produisent non seulement des pompes à chaleur, mais aussi des panneaux solaires, des éoliennes et des batteries.

Ainsi, selon la taille de l’entreprise et la localisation du projet, le C3IV couvre entre 20 et 45 % des investissements effectués dans la fabrication ou l’assemblage des PAC, et de leurs composants essentiels.

Ce crédit d’impôt constitue l’une des mesures les plus incitatives en Europe en faveur du soutien aux industries vertes. (1)

Faciliter l’installation des pompes à chaleur en habitat collectif

Si votre logement se trouve dans une copropriété, peut-être vous êtes-vous déjà heurté à un refus catégorique de la part de votre mairie pour votre projet de pompe à chaleur air-air ou air-eau. En effet, certains plans locaux d’urbanisme (PLU) interdisent la pose de l’unité extérieure sur le toit de l’immeuble, notamment lorsque celle-ci entraîne un dépassement de la hauteur maximale permise.

Cependant, cette situation va évoluer grâce au projet de loi « Simplification » de Bruno Le Maire, qui permettra de déroger à cette règle. Cela concernera aussi les équipements photovoltaïques et solaires thermiques.

De plus, le gouvernement mettra en œuvre prochainement des mesures supplémentaires pour accélérer le déploiement des PAC dans les immeubles collectifs.


Encourager l’innovation de PAC plus performantes et écologiques

Un appel à projets (AAP) intitulé « Soutien à la R&D » est en cours pour stimuler l'innovation technologique au sein des entreprises. Ses principaux objectifs sont les suivants :

  • Adapter les pompes à chaleur et les systèmes thermodynamiques pour répondre aux exigences spécifiques des marchés du logement collectif, ainsi que des secteurs industriel et tertiaire ;
  • Concevoir des pompes à chaleur et des climatiseurs à haute efficacité énergétique utilisant des fluides frigorigènes à faible potentiel de réchauffement planétaire (PRP), afin de minimiser leur impact sur l’environnement ;
  • Poursuivre l’innovation dans la fabrication des composants fonctionnels des pompes à chaleur, tels que les compresseurs (actuellement tous importés), les échangeurs de chaleur, et les ballons de stockage.

Les lauréats de cet AAP bénéficieront d’un soutien financier pour développer leurs solutions innovantes et durables.

Former 400 000 professionnels chaque année dès 2030

En réponse à la croissance rapide du marché des pompes à chaleur, encouragée de surcroît par le plan d’action gouvernemental, le secteur fait face à une pénurie importante de main-d’œuvre qualifiée. Pour y remédier, le gouvernement a lancé, dans le cadre du plan France 2030, un appel à manifestation d’intérêt (AMI) nommé « Compétences et métiers d’avenir ». Ce programme vise à préparer efficacement les jeunes et les salariés en reconversion aux métiers de demain.

Ainsi, il devrait permettre de former 400 000 personnes chaque année à partir de 2030, et de diplômer 1 million de nouveaux professionnels d’ici là. Les niveaux de qualification ciblés vont des opérateurs aux doctorants, en passant par les techniciens, assistants-ingénieurs et ingénieurs, principalement dans le domaine des STIM (sciences, technologie, ingénierie et mathématiques). (1)

Rassurer les Français sur l’efficacité énergétique des PAC

La pompe à chaleur est un système de chauffage et de production d’eau chaude complexe qui requiert l’expertise d’un professionnel qualifié, doté de compétences de frigoriste. C’est la clé pour assurer le bon fonctionnement du chauffage et réaliser durablement des économies d’énergie !


Dans cette perspective, le label RGE (Reconnu garant de l’environnement) revêt une importance majeure. Non seulement cette certification vous donne accès aux aides financières (MaPrimeRénov’, éco-prêt à taux zéro, CEE, etc.), mais elle fiabilise également la pose de votre pompe à chaleur. C’est pour cette raison que l’État a prévu de renforcer la qualification RGE, afin de garantir la qualité de vos travaux de rénovation énergétique.

En complément, le gouvernement intensifiera les contrôles des pompes à chaleur bénéficiant des aides des certificats d’économies d’énergie, visant à couvrir près de la moitié des installations en 2025.

Accompagner les artisans avec un centre d’expertise sur la PAC

Un centre d’expertise de la pompe à chaleur, appelé CEPAC, verra le jour pour accompagner les professionnels du bâtiment dans leurs recherches d’informations et leur veille documentaire. Le CEPAC offrira un accès à une gamme étendue de ressources sur divers sujets, tels que le dimensionnement des PAC, les installations et raccordements hydrauliques, la régulation par loi d’eau, ainsi que les réglementations en vigueur.

En somme, ce centre constituera un outil précieux pour toute personne souhaitant perfectionner ses compétences en matière de pose de pompes à chaleur.

Promouvoir l’installation de pompes à chaleur dans l’industrie

Les entreprises industrielles ont également besoin de chauffer leurs locaux, souvent très énergivores. Des secteurs comme l’agroalimentaire, la chimie et la papeterie nécessitent des températures qui peuvent être atteintes grâce aux pompes à chaleur actuellement disponibles. Pour encourager l’adoption des PAC dans l’industrie, un soutien financier sera bientôt mis en place. Celui-ci se matérialisera par une fiche d’opération standardisée, qui sera intégrée au dispositif des certificats d’économies d’énergie (CEE).
 

pac

Défi et nouveaux enjeux des fabricants de pompes à chaleur

En guise de conclusion, nous pouvons simplement rappeler les 3 objectifs principaux du plan d’action gouvernemental : créer des usines, privilégier les PAC françaises et européennes et simplifier leurs installations. (1)

Toutefois, pour les fabricants français de pompes à chaleur, ces mesures fortes soulèvent 2 grandes difficultés :

  1. La capacité de production, qui devra doubler pour atteindre le million de PAC annoncé d’ici 2027.
  2. Le facteur humain, pour créer rapidement les 47 000 nouveaux emplois et former les 30 000 installateurs requis.